Home

featured Depuis plusieurs années, je tente dans le cadre de nombreux projets (Santé, Energie et économie circulaire) de me rapprocher d’organisations se prétendant d’utilité publique, indépendantes, opensource et bénévole.

En vain, très décevant et décourageant: le résultat est toujours et systématiquement le même, il faut de l’argent, un financement, donnez votre argent, on est les meilleurs, les autres font n’importe quoi. A la rigueur, ils se moquent de ne même pas être à l’origine, ne pas avoir eu l’idée, à l’instar des plateforme de crowfunding, la seule chose qui les intéressent, c’est prendre la monnaie au passage et le plus possible. De l’argent facile. Bien triste tout ça car similaire aux entreprises commerciales prédatrices qui étouffent et tuent la concurrence pour ne plus rien laisser d’autres qu’elles, nous et les politiques.

Je vous présente donc ce projet que j’ai identifié comme potentiellement une réponse à l’édition en ligne de documents bureautique en mode SaaS et Cloud privé sans qu’aucun outil bureautique ne soit déployé sur le poste client en local.

C’est ce que permettrait FernApp de Markus Kramer associé à Mozilla LibreOffice et le protocole CMIS apportant à la fois le cloud, la persistance et la recherche « intelligente » dans le cloud.

FernApp représenterait dans mon architecture SOA, le front: installé sur le même serveur que LibreOffice Server, FernApp redirige l’IHM (GUI) de LibreOffice vers le navigateur de l’utilisateur. Contrairement à ce que fait WebODF en javascript embarqué dans le navigateur, FernApp fait en quelque sorte comme citrix ou le bureau distant mais directement à partir de X11 donc en format ouvert, libre et surtout beaucoup plus performant et puissant.

FernApp est ansi totalement transparent pour l’utilisateur qui utilise LibreOffice dans son navigateur comme s’il est installé et exécuté localement sur son poste de travail, PC, tablette, smartphone, etc.

FernApp est tout aussi transparent pour LibreOffice car il est totalement découplé. C’est le système d’exploitation par l’intermédiaire du noyau et d’X11 qui assure le couplage.

Grâce à CMIS, l’utilisateur dispose d’un système de stockage et de recherche sophistiqué lui permettant de conserver ses documents. CMIS est disponible dans LibreOffice depuis la version 4.

Si par hasard et bonheur vous arriviez ici, que vous étiez intéressé, je me ferai un plaisir de vous en dire plus sur les étapes suivantes. Sans être révolutionnaire, ce projet permettrait de très nombreuses applications équivalentes à celles de GoogleDocs, GoogleDrive. Quel intérêt dans ce cas? Que feront tous les utilisateurs captifs le jour où Google décidera d’interrompre ces services? Il le fait régulièrement (GoogleDesk, GoogleReader, etc.). Comment font les prospects face à leur obligation légale et réglementaire de stocker les données dans des espaces localisés sur le territoire européen? voire Français pour certains? En europe, les rois du coffre fort électronique sont les rois de la banque spéculative et secrète pour l’évasion fiscale, le blanchiment d’hier, les suisses et luxembourgeois. Mais comme pour le secret bancaire, ça change, la roue tourne. S’il est vrai qu’en france nous ne sommes pas trop mauvais en matière d’egouvernement, nous devrions pouvoir nous démarquer dans ce domaine…en créant des services à hautes valeurs ajoutées et des emplois. Utopie, quand tu nous tiens…

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s